Afficher le Programme au jour le jour

mar 12 mars (21h00), mer 13 mars (21h00)

Danses non humaines

Jérôme Bel & Estelle Zhong Mengual

CRÉATION

"Comment fait-on entrer le monde vivant dans le monde de la danse ? Comment fait-on entrer des vies non-humaines dans des corps humains ? C’est ce paradoxe que le chorégraphe Jérôme Bel et l’historienne de l’art Estelle Zhong Mengual nous invitent à explorer. À travers plusieurs pièces choisies appartenant au répertoire de la danse savante occidentale, les deux curateur·rices interrogent les différentes stratégies inventées par les chorégraphes pour s’atteler à ce défi apparemment impossible de devenir d’autres corps que les nôtres  : les végétaux, les animaux, les éléments naturels.

Ces danses anciennes pour la plupart sont données à voir depuis notre présent  : celui de la crise écologique. Ce spectacle propose de faire l’expérience in vivo des relations que les chorégraphes ont créées avec le monde vivant, et ainsi d’enrichir nos formes de sensibilité à son égard, pour creuser un peu plus sa place centrale dans notre monde commun."

Note à l’attention des spectateurs·rices : Danses non humaines contient des scènes de nudité.

Jérôme Bel

Dans ses premières pièces (nom donné par l’auteur, Jérôme Bel, Shirtologie…), Jérôme Bel applique des opérations structuralistes à la danse pour isoler les éléments premiers du spectacle théâtral. La neutralisation des critères formels et la distance prise avec le langage chorégraphique le conduisent à réduire ses pièces à leur minimum opérant pour mieux faire émerger une lecture critique de l’économie de la scène, comme du corps qui s’y produit.
Son intérêt se déplace par la suite de la danse comme pratique scénique à la question de l’interprète comme individu particulier. La série des portraits de danseurs (Véronique Doisneau, Cédric Andrieux, Xiao Ke…) aborde la danse par le récit de ceux·elles qui la font, met en avant la parole dans un spectacle chorégraphique et impose la question de la singularité sur scène. La critique formelle et institutionnelle prend ici la forme d’une déconstruction par le discours, dans un geste subversif qui radicalise son rapport à la chorégraphie.

Estelle Zhong Mengual

Estelle Zhong Mengual est historienne de l’art. Normalienne et docteure, elle enseigne dans le Master d’Expérimentation en Art et Politique (SPEAP), créé par Bruno Latour, à Sciences Po Paris. Elle est titulaire de la chaire Habiter le paysage : pratiques artistiques d’hospitalité pour le vivant aux Beaux-Arts de Paris.
Ses recherches actuelles portent sur les relations que l’art, passé et présent, entretient avec le monde vivant. Elle travaille notamment à l’élaboration d’une histoire environnementale de l’art, qui propose un nouveau régime d’attention à la représentation du vivant dans l’art, à partir des outils des humanités environnementales et des sciences naturelles les plus contemporaines.
Elle est l’auteure de nombreux livres, dont Apprendre à voir. Le point de vue du vivant (Actes Sud, 2021), prix EcoloObs pour le meilleur essai en pensée environnementale de l’année 2021, et Peindre au corps à corps. Les fleurs et Georgia O’Keeffe (Actes Sud, 2022).


POUR ALLER + LOIN

Communiqué de presse
Télécharger (3.7 Mio)

infos pratiques

Grand Théâtre
Durée estimée : 1h30
12€ / 10€

distribution

CONCEPTION  Jérôme Bel et Estelle Zhong Mengual
ASSISTANTE Chiara Gallerani
TEXTE Jérôme Bel, Estelle Zhong Mengual ; extrait de Baptiste Morizot, Andrea Olga Mantovani, S’enforester, Paris, Éditions d’une Rive à l’Autre, 2022, p. 28

AVEC  Gaspard Charon, Sherwood Chen, Chiara Gallerani, Elisabeth Schwartz, Lisa Vilret et Stéphanie Aflalo 

CHORÉGRAPHIES
Pina Baush  : Nelken line. Musique West End Blues composée par Joseph Oliver, interprétée par Louis Armstrong.
Extrait de la pièce : Nelken (Les œillets) (1982), chorégraphie et mise en scène : Pina Bausch, scénographie : Peter Pabst, costumes : Marion Cito, dramaturgie : Raimund Hoghe, collaboration : Matthias Burkert, Hans Pop, musique : Jones, Lehar, Oliver, Tauber, Tucker et autres. Droits de représentation : Verlag der Autoren, Frankfurt, en représentation de la Pina Bausch Foundation, Wuppertal
Gaspard Charon
Isadora Duncan  : Water study  (approx. 1900), musique  : Frantz Schubert
Loïe Fuller Danse serpentine (1892), musique  : Camille Saint Saens
Xavier Le Roy  : Le vocabulaire des lions  (2011)
Sergiu Matis  : The Siberian crane. Extrait de la pièce  : Extinction room (Hopeless.) (2019), concept et chorégraphie : Sergiu Matis, composition sonore : Antye Greie-Ripatti, texte : Philip Ingman
COSTUMES  les danseurs et danseuses
CONSEIL ARTISTIQUE ET DIRECTION EXÉCUTIVE R.B. JERÔME BEL Rebecca Lasselin
ADMINISTRATION Sandro Grando

Production  R.B. Jérôme Bel
Coproduction Festival d’Automne à Paris, Musée du Louvre (Paris), Centre national de la danse (Pantin), Fonds de dotation du Quartz–Scène nationale de Brest, Maison de la danse - Lyon, Pôle européen de création, R.B. Jérôme Bel (Paris)
Avec l’aide de la Ménagerie de Verre (Paris) pour la mise à disposition de ses espaces de répétitions
Remerciements à Sébastien Allard, Cédric Andrieux et Raphaelle Delaunay/CNSMDP, Carolin Brandl/Choreographing Politic au Bode-Museum (Berlin), Salomon Bausch, Ismaël Dia et Annette Reschke/Pina Bausch Foundation, Ana Janevski/MoMA, Laetitia Dosch, Valérie Dréville, Claire Le Gouic, Anne Martin, Baptiste Morizot, Madeline Ritter
R.B. Jérôme Bel reçoit le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la Culture.
Jérôme Bel est artiste associé au Quartz, Scène nationale de Brest et au Centre national de la danse (Pantin)
Pour des raisons écologiques, la compagnie R.B. Jérôme Bel ne voyage plus en avion.